Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Promenades avec Marie-Christine Grimard

Aime la vie et le partage d'émotions, et danse avec elles en mots et en images, pour que le chemin vers les étoiles soit toujours bleu.

Et si on visitait: l'Hermione (Partie 2)

Partie 2 : Des plans et de l’Arbre à La Charpente.

Les plans de l’Hermione m’ont pas été retrouvés mais les anglais ayant relevé ceux de sa sœur La Concorde, ceux-ci serviront de base de départ à Monsieur Bernard Moreau et Mr Philippe Pallu de la Barrière qui vont reconstituer les différents plans du navire.

Modèle du navire de Jean Thomas

Modèle du navire de Jean Thomas

Maquette de l'Hermione

Maquette de l'Hermione

Les discussions ont été serrées avec les autorités puisqu’il fallait que toute la construction réponde aux normes actuelles, tout en conservant l’authenticité de la réplique historique.

L’approvisionnement en bois du chantier a nécessité la recherche de bois de qualité « Marine », chênes, et ornes pour les parties immergées, pins ou résineux légers pour la mâture, buis ou chêne vert ou gaïac pour les poulies, etc.

Mais dans un navire fait de multiples courbes, il est important de respecter le fil du bois pour la solidité des pièces. Les éléments de la charpente devront donc être taillés, dans des bois tors, pré-courbés par la nature. Les arbres les plus cagneux trouveront ainsi leur heure de gloire dans la reconnaissance des charpentiers de marine. C’est l’équipe des charpentiers de François Asselin qui a fourni les bois, entreprise régionale de restauration de charpentes de monuments historiques. Les arbres sont marqués d’une ancre marine (sous Louis XVI ils portaient l’ancre surmontée d’une fleur de lys). Pour des bois plus durables, l’abatage des chênes est fait par « extraction de souche » récupérant la totalité de l’arbre, en hiver, hors sève et en « décours de lune » (lune décroissante).

Exemple : Le chêne de la Louve, de 380 ans, de la forêt domaniale du Gavre où fut tué le dernier loup de Loire Atlantique, et condamné pour sa vieillesse, fut utilisé pour l’Hermione.

Modèle de l'Hermione le château de la poupe

Modèle de l'Hermione le château de la poupe

Début du chantier 1997 / 1998

Début du chantier 1997 / 1998

Les Bois et autres matériaux utilisés pour l’Hermione en quelques chiffres:

  • Chêne 1200 m3

  • Résineux : 205 m3

  • Fers : 35 tonnes

  • Brai : 1 tonne

  • Etoupe 3 tonnes

  • Chanvre 15 tonnes

La pose de la quille a été commencée en juin 1997. Le 4 juillet, symbolique jour de l’indépendance américaine, la quille est posée, signant la naissance de l’Hermione. Une plaque souvenir y est apposée lors d’une cérémonie officielle.

Le travail est gigantesque, assemblage de la quille (1997), pose de la carlingue, montage de l’étambot (pièce quasi verticale arrière du navire portant le gouvernail) où s’assemblera l’arcasse (2003), puis montage des 62 couples successifs à partie de septembre 1997 jusqu’en 1999, pose de l’étrave en 1999, réalisation des baux supports des ponts en 2000, pose du massif de l’avant de navire, pose du tableau arrière (2003), des bordages en 2002, des vaigres (2004) , les ponts de batterie en 2005, les bauquières, les ponts de gaillard en 2006, des hunes en 2006, construction de la guibre en avant de l’étrave en 2007, réalisation des mâts en 2008, aménagements de la chambre de La Fayette et du commandant en 2009 et 2010, pose de la figure de proue en 2011, derniers mâtages en 2012 …

Pose des couples

Pose des couples

L’étanchéité est assurée par le calfatage. C’est une opération qui commence par l’insertion de filasse de chanvre dans « la couture » entre deux bordages, puis de son imperméabilisation en coulant à chaud un goudron végétal obtenu à partir de résine de pins, le brai.. il est effectué au milieu de 2009.

Les ponts sont réalisés en sapins sauf les ponts de batterie, qui sont en chêne pour résister à l’usure dans les zones de roulement des canons. L’Hermione est équipée de trois ponts superposés, le faux-pont ou entrepont, le pont de batterie ou pont principal, et le pont de gaillard ne couvrant pas la totalité de la frégate.

Pont de batterie et gros sep de drisses.

Pont de batterie et gros sep de drisses.

La mâture de l’Hermione est réalisée en pins d’Oregon du Canada (Pin Douglas), les mâts sont fractionnés en 2 ou 3 mâts superposés et coulissants, réunis par le chouquet, bloc d’orme ou de chêne ferré.

Le Beaupré, à la proue, est incliné de 30°, long de 16.25 m, portant la longueur de l’Hermione à 60 m hors tout.

Le mât de Misaine a une longueur de 54 m. Le grand Mât est long de 56.55 m.

Le mât d’Artimon est long de 35 m.

La mâture

La mâture

De nombreuses autres pièces de bois sont nécessaires au navire, les cabestans, la Hune, la chaloupe et deux canots..;;

La Hune

La Hune

Je ne peux détailler plus précisément tout le travail des charpentiers de marine, n’ayant aucune compétence en la matière, mais je voulais qu’apparaisse ici l’ampleur du travail qu’implique la réalisation de ce navire. J’espère n’avoir pas écrit «d’énormité » et que les charpentiers marins qui liront ces lignes me corrigeront si c’est le cas.

Le billet suivant détaillera le travail des autres corps de métier.

le cabestan

le cabestan

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Extraordinaire vision de cette hune dans l'enchevêtrement des drisses et haubans.
Répondre
G
En effet tout cet enchevêtrement est particulièrement impressionnant !!