Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Promenades avec Marie-Christine Grimard

Aime la vie et le partage d'émotions, et danse avec elles en mots et en images, pour que le chemin vers les étoiles soit toujours bleu.

Colette (Sidonie-Gabrielle Colette)

Colette, de son vrai nom Sidonie-Gabrielle Colette, est une romancière française, née à Saint-Sauveur-en-Puisaye (Yonne) le 28 janvier 1873, morte à Paris le 3 août 1954. Elle est élue membre de l’Académie Goncourt en 1945.

Voici la phrase d'introduction qui concerne cet écrivain majeur, phrase particulièrement réductrice, pour définir, celle qui fût un écrivain profilique et reconnu.

Je ne peux mettre ici sa bibliographie, tant elle est longue.

Ses textes, à la fois poétiques et écrits dans un stype épuré et percutant, me touchent beaucoup, probablement parce qu'ils laissent entrevoir, une personnalité riche et complexe, profondément humaine, avec ses contradictions et portant sa sensibilté comme une force. J'admire la femme, pour tout ce qu'elle a été, en traversant ce siècle de mutation, et pour la route qu'elle a tracée pour les femmes après elle.

J'admire aussi l'écrivain, pour les mots qu'elle nous a laissé, décrits ainsi dans Wikipédia ... : "Une attention croissante à la justesse des mots, notamment lorsqu’ils sont chargés d'exprimer l'effusion dans la nature, une sensualité librement épanouie pour revendiquer les droits de la chair sur l'esprit et ceux de la femme sur l’homme, voilà quelles sont les lignes de force de cette écriture.

Par ailleurs, l'écriture de Colette est plus complexe et moderne qu'elle ne semble le laisser supposer au premier abord."

L'occasion de la découvrir ...

Colette (Sidonie-Gabrielle Colette)

Elle se tut, et Philippe aperçut, sous les prunelles bleues, en haut de la fraiche joue enfantine de son amie, la nacre, le sillon des larmes nocturnes et de l’insomnie, ce reflet satiné, couleur clair de lune, qu’on ne voit qu’aux paupières des femmes contraintes de souffrir en secret.

Extrait de: "Le blé en Herbe "

Colette (Sidonie-Gabrielle Colette)
Il parlait à la chatte qui, l’œil vide et doré, atteint par l’odeur démesurée des héliotropes, entrouvrait la bouche, et manifestait la nauséeuse extase du fauve soumis aux parfums outranciers..
Elle goûta une herbe pour se remettre, écouta les voix, se frotta le museau aux dures brindilles des troènes taillés. Mais elle ne se livra à aucune exubérance, nulle gaité irresponsable, et elle marche noblement sous le petit nimbe d’argent qui l’enserrait de toutes parts. 
La Chatte
Colette (Sidonie-Gabrielle Colette)

D'après Colette

« Partie de pêche », dans Les Vrilles de la vigne, 1908

Fayard, 2004

La mer est partie si loin qu'elle ne reviendra peut-être plus jamais ?…
Si, elle reviendra, traîtresse et furtive comme je la connais ici.
On ne pense pas à elle ; on lit sur le sable, on joue, on dort, face au ciel, jusqu'au moment où une langue froide, insinuée entre vos orteils, vous arrache un cri nerveux : la mer est là, toute plate, elle a couvert ses vingt kilomètres de plage avec une vitesse silencieuse de serpent.
Avant qu'on l'ait prévu, elle a mouillé le livre, noirci la jupe blanche, noyé le jeu de croquet et le tennis.

Colette (Sidonie-Gabrielle Colette)

Faites des bêtises, mais faites-les avec enthousiasme.

Colette

Colette (Sidonie-Gabrielle Colette)

Il est bon de traiter l'amitié comme les vins et de se méfier des mélanges.

Colette

Tableau de Pierre Auguste Renoir

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Bonsoir , <br /> <br /> C'est un très joli article sur Colette , car on l'aime également. Elle est passionnée d'animaux nous aussi. J'aime bien aussi la citation du vin. <br /> <br /> Bonne soirée <br /> <br /> Bisette.
Répondre